Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 22:19

La pluie tombe sur Marseille. L’eau lave les vices de la ville. Les grands nombres dirigent les populations, cette histoire est celle de personnes (était ce vraiment des personnes?) qui cherchèrent à échapper à cette emprise pour vivre leur vie, réellement.

 

Il n’est pas si facile d’enchaîner les phrases quand la vérité est silence. D’une certaine façon, parler c’est trahir ces pensées rêveuses qui hantent notre civilisation. Pourtant, peut-être, retrouver, par la parole, ces existences hypersensibles qui ne peuvent comprendre quelle est leur destinée, parce que leur destinée ne peut pas rentrer dans les coordonnées dominantes.

 

Comme l ecrit Gilles Deleuze, toute écriture véritable est une lettre d’amour. Les amours se suivent mais ne se ressemblent pas. Chaque amour est la porte vers l’infini, la façon dont notre société donne place à l’amour est inadéquate avec ce pouvoir de l’amour (existe t il une société, même future, même utopique, qui donne à l’amour une place adéquate?).

 

Ce texte sera donc une lettre d’amour: à qui? Peut-être à G., à T., à Y. … Finalement, nous nous rendons compte que l’amour que l’on porte à quelqu’un et qui le transforme en personne spéciale, c’est en fait une vision qui n’est pas forcément partagée par la personne sur laquelle notre vision s’ancre. Ce point est difficile, dangereux. En effet la vision n’est en elle meme jamais fausse, mais pourra t elle s incarner dans une relation entre 2 personnes (puisqu’il faut que le désir puisse repondre à la société comme étant le desir de personnes?)?

 

Quand on voit le monde aujourd hui (était ce le cas aussi avant? : sans doute), il ressemble à un terrible désastre… C’est le monde des imaginations inadéquates et où la vérité de chacun est traînée dans la boue… Les grands nombres font vendre des Iphones et des avions de combat pour aller tuer des gens à l’autre bout du globe. La société de consommation est tellement corrompue, tellement impliquée dans les massacres et les dictatures, que personne ne peut vraiment être sûr d’ếtre innocent…

 

Ce chant est un chant pour ceux qui ont vu plus loin, qui n’ont pas réussis forcement à installer dans un monde prosaïque la réalité, la surréalité de leur poésie. C’est un texte de combat dans lequel quelque chose d’extérieur peut arriver. C’est un texte sous le signe des muses…Muses réelles, matérielles et spirituelles à la fois: puissent elles se reconnaitre dans ces mots: ça m’arrangerait!

 

Puissance de l'amour...

Partager cet article
Repost0

commentaires